Osamu Tezuka était-il oracle ?

En relisant le premier tome du Cratère afin de préparer la page dédiée à ce recueil de nouvelles d’Osamu Tezuka, je me suis attardé sur l’une d’entre elles, qui recèle un petit mystère.

Cette histoire s’intitule « Les trois intrus ». Des extra-terrestres descendent sur Terre en se faisant passer pour des malfrats, leur objectif étant de capturer un humain érudit. Leur choix se porte sur un certain Osamu Tezuka, qui apparaît alors en tant que personnage.

C’est pour Tezuka l’occasion de se mettre en lumière : les extra-terrestres enlèvent en effet le mangaka en tant que spécimen représentatif de l’humanité, ce qui les amène à croire que les délais serrés de magazines de publication de mangas est la principale préoccupation de l’humanité, et on surprend Osamu Tezuka s’amusant à sacraliser sa profession. Les extra-terrestres transmettent également d’autres noms d’humains importants, évidemment tous mangakas, avec une orthographe très approximative. On peut malgré tout reconnaître :

  • Go Nagai (Devilman, Mazinger Z),
  • Masakazu Katsura (Wingman, Video Girl Ai, Zetman),
  • Fujiko Fujio (Doraemon),
  • Tetsuo Hara (Hokuto No Ken),
  • Akira Toriyama (Dragon Ball),
  • Shotaro Ishinomori (Cyborg 009),
  • Studio Clamp (Card Captor Sakura),
  • Tsukasa Hojo (City Hunter),
  • Shigeru Mizuki,
  • Sanpei Shirato,
  • Yū Watase

Or, quelque chose m’a interpellé en lisant cette liste : certains de ces auteurs étaient encore enfants au moment de la première publication du Cratère au Japon ! Tezuka était peut-être divin, mais pas devin. Les traducteurs français se seraient-ils permis des ajustements ? C’est l’hypothèse la plus crédible : ils ont dû remplacer ou au moins ajouter des noms de mangakas plus connus des lecteurs francophones.

J’aimerais tout de même valider cette hypothèse, et je serais également curieux de connaître la liste originale, celle qui nous dirait qui Osamu Tezuka considérait comme ses pairs à l’époque.

Je fais donc appel aux lecteurs qui auraient une version japonaise, voire dans n’importe quelle autre langue, de cette nouvelle afin de pouvoir comparer la liste des noms présentés.