Néo Faust

Néo Faust est l’un des tout derniers mangas dessinés par Tezuka, et c’est le dernier arrivé en France pour le moment : il a été publié chez FLBLB durant l’été 2016.

Tezuka livre ici sa version du conte Faust, qu’il met en scène dans le Japon des années 60/70. Initialement prévu en trois parties, seule la première partie a été achevée, la deuxième partie n’ayant été qu’amorcée. Bien qu’il se soit lancé dans une course contre la montre pour le terminer en allant jusqu’à dessiner à l’hôpital, Tezuka a en effet été emporté par un cancer de l’estomac. Les dernières pages du manga sont des esquisses dans lesquelles les personnages disparaissent peu à peu pour laisser place à de simples dialogues, et finir avec une dernière case totalement blanche.

Edition française : FLBLB, 424 pages, 20€
Acheter sur Amazon

FLBLB étant un éditeur particulièrement moderne, les 54 (!) premières pages sont disponibles gratuitement en PDF sur le site de l’éditeur FLBLB : cliquez ici. Ainsi, rien de plus simple si vous aimez tester avant d’acheter !

 

L’histoire

Sur fond de révoltes étudiantes, un vieux et brillant professeur, en proie à des questions existentielles, est confronté à une incarnation du diable. Se sentant sur la fin, il se laisse aller à vendre son âme au diable en échange d’une nouvelle vie. Il se retrouve alors rajeuni et Méphistophélès devient son serviteur. Deux nouveaux objectifs le guident alors : trouver la plus belle femme et recréer la vie (non pas en procréant, ce serait trop simple, mais plutôt par l’option tubes à essai).

Aidé de son nouveau serviteur, il travaille pour un riche industriel dont il récupère toute la fortune à sa mort puis rencontre et séduit la femme qu’il recherchait. L’histoire boucle au moment où il croise le chemin de son alter-ego, le vieux scientifique. Le manga prend à ce moment-là une tournure particulièrement intéressante puisqu’on relit précisément les mêmes scènes qu’au début du manga, avec un éclairage nouveau qui explique plusieurs points jusque-là étranges.

Tezuka mélange allègrement humour, question philosophiques, scènes plus osées qu’à l’accoutumée et questions éthiques dans Neo Faust. C’est un manga profond et on ne peut s’empêcher de penser à l’état de l’auteur lorsqu’il dessinait un vieillard faisant le point sur sa vie et s’interrogeant sur la mort.

Laisser un commentaire